Comment appliquer les nanotechnologies au traitement du cancer ?

Le cancer est une maladie à grande pathologie très inquiétante. Le ciblage précoce et le traitement du cancer s’avère souvent difficile. Pour remédier à cela, les scientifiques ont fait appel à la nanotechnologie. Des chercheurs de l’Université de Harvard et de l’Institut de Technologie du Massachusets ont appliquée la nanotechnologie à la médecine pour traiter le cancer.

Pour le ciblage des cellules cancéreuses

La nanotechnologie cancer permet de cibler les cellules cancérogènes et de les fixer en vue d’un traitement spécial. Les nanoparticules chimiques contiennent des agents cytotoxiques permettant de traiter les cellules malades sans affecter les cellules saines. Cette précision de la nanotechnologie cancer traitement permet d’empêcher la multiplication des cellules cancéreuses. Les médicaments utilisés sont à faible dose et plus adaptés aux patients. En plus de présenter moins d’effets secondaires, cette technique s’avère aussi efficace dans le traitement du cancer. Des tests en laboratoire ont démontré des résultats efficaces et se sont montrés efficaces pour le traitement pour le traitement de plusieurs types de cancer.

Les nano-véhicules

Pour cibler les cellules cancérogènes présentes dans l’organisme d’un malade, il convient d’envoyer des nano-véhicules à l’intérieur de l’organisme du cancéreux. Ces nano-véhicules utilisés en nanotechnologie cancer permettent de cibler les cellules malades et de les fixer. On retient trois types de nano-véhicules :

– Les liposomes : sous forme de ballons de baudruche remplis d’eau ;

– Les nano-capsules : ressemblant à des ballons de foot ;

– Les nano-sphères : semblables à des pelotes de laine.

Ces nano-véhicules contiennent des médicaments qui permettent de traiter les cellules cancéreuses.

Traitement du cancer par les nano-véhicules

Une fois injectés dans l’organisme du malade, les nano-véhicules agissent sur un organe précis pour rendre efficace la nanotechnologie cancer traitement. Les liposomes de première génération, par exemple, ciblent le foie avant d’atteindre d’autres organes. Pour rester plus longtemps dans la circulation sanguine, ils doivent passer de manière secrète. Pour des résultats plus poussés, les chercheurs ont développés des liposomes de deuxième et de troisième génération. Ainsi, la nanotechnologie cancer n’est qu’à son début et promet des résultats bien développés dans les années à venir.